A TOUTE SOUFFRANCE .

Deux sacs pour tout bagage...
Un troisième peut-être...
Je dédie cette page ,
et ce poème de ma cousine ,
à ceux et celles qui lui ressemblent ,
et dont la souffrance , physique ou morale ,
est comme un pain quotidien .

L'un par devant ,
l'autre par derrière ,
Deux sacs me font une bannière .
L'un me sert de citadelle ,
L'autre de poubelle .

Le premier diffuse au monde la lumière .
Il a extrait de l'or de sa carrière .
Ses armes sont remplies de prières .
Il a mis plein d'amour dans ses cartouchières .
La charge est bien légère .
Hélas ,elle est si éphémère !
Elle doit ,pour être conservée ,
Etre sans cesse remuée .

Dans le second ,je verse :
- Les déchets de mon coeur déchiqueté ,
- Le mal qui me transperce
depuis que je suis née ,
- Mes nuits noires
emplies de désespoir ,
- La flèche empoisonnée
d'un monde sans pitié ,
La croix où je suis crucifiée
les pieds et mains liées ,
Et de l'humanité ,
l'ensemble des péchés .

Un troisième sac serait nécessaire
pour rendre mes jugements un peu moins arbitraires
et conserver bien à l'abri
les plaisirs de la vie .

Je vais me le procurer
sans tarder .

Poème de ma cousine .
Avec son affectueuse autorisation .

Création le 29 mai 2001 .